samedi 29 mars 2008

Ugly Betty s1


Au début, je n'étais pas très emballé par cette série car je savais que c'était le remake de la telenovela colombienne "Yo soy Betty, la fea" déjà déclinée en de multiples exemplaires autour de la planète dont le fameux "Destin de Lisa" de nos amis allemands. Si vous avez aussi déjà aperçu cette dernière sur notre grande chaîne nationale tant adorée (TF1), vous comprenez sans problème ma réticence à me lancer dans Ugly Betty. Pour info, TF1 diffuse désormais la série en fin de soirée, à hauteur de 3 épisodes par semaine ! Ils veulent sûrement l'écouler vu les audiences moyennes ! (Trop difficile à comprendre pour les téléspectateurs ? Trop de séries américaines irritent l'esprit chauvin du français ?) Mum, j'ai hâte de voir une version française de la série… (Nooooooooonn, je rigole ! On a déjà Plus Belle la Vie , ça compense toutes les autres merdes qu'on "pourrait" créer. Un ange passe, un hors-sujet se dévoile… [mode rêve] Un jour, on aura peut-être notre Doctor Who français… [/mode rêve]

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à Betty Suarez (qui n'est pas très belle mais qui n'est quand même pas un mouton…). Betty Suarez vit dans le Queens (donc à New York, the Big Apple) avec sa famille hispanique. Son père Ignacio a des problèmes avec l'administration américaine et sa sœur Hilda doit s'occuper seule de son fils Justin. Betty cherche du travail… Bradford Meade, le grand patron de Meade Publications, va l'engager comme assistante de son fils, Daniel, éditeur en chef de Mode Magazine depuis la mort de Fey Sommers, la maitresse de Brad. Daniel a un problème avec la gente féminine, il ne peut s'empêcher de coucher avec toutes les jeunes assistantes qu'il engage. De plus, elles ne peuvent s'empêcher de lui courir après aussi (ce n'est donc pas que de sa faute après tout !). Du coup, il ne se concentre pas sur son boulot. Avec Betty qui n'est pas très attirante (cheveux en vrac, appareil dentaire, habits anti-fashion type pancho…), Daniel se tiendra à carreau et pourra ainsi s'affirmer et montrer à son père ses capacités de management pour qu'il soit fier de lui. Voilà pour le scénario global ! Mais…


Oui, car il y a un "Mais". Ugly Betty, ce n'est pas que Betty (l'anti-top model) dans l'antre de la mode. Non, la série comporte beaucoup d'intrigues et le nombre de rebondissements au cours de cette saison est ahurissant. La première moitié de saison est peut-être longue à se mettre en place mais ça vaut le coup d'attendre. La deuxième partie de saison montre tout le potentiel de la série, que ce soit au niveau des intrigues (mieux écrites et mieux développées) et au niveau comique. La comédie est notamment souvent amenée grâce à deux personnages secondaires (que j'adore!). Le premier, c'est Marc, l'assistant gay de Wilhemina Slater, la grande méchante de la série, celle qui veut devenir calife à la place du calife (ou plutôt éditrice en chef…). La deuxième, c'est Amanda, la réceptionniste de Mode, ex-assistante de Daniel (elle a couché avec lui, elle a même failli tombé amoureuse de lui). Les deux font la paire, ils sont complètement dingues. Ils vont élaborés des plans, se moquer de Betty, faire des conspirations contre Daniel, etc. Ils apportent de la fraicheur à la série.



La série joue aussi sur deux tons : le ton travail/fashion lorsque Betty est à Mode et le ton familiale/hispanique lorsqu'elle est chez elle. Un épisode spécial de la fin de saison se passe même au Mexique ! Au boulot, elle est considéré comme l'intrus, chez elle, comme la réussite de la famille (c'est elle qui gère les problèmes familiaux). Betty a une forte personnalité, elle est gentille, combative, aussi naïve et ne sera peut-être jamais heureuse mais le plus importante, c'est qu'elle a un impact sur les gens qu'elle croise. On ne lui est pas indifférent. De plus, elle n'est pas si horrible que ça car des hommes s'intéressent à elle. Certes ce n'est pas Daniel Meade mais "juste" Walt son petit-ami un peu simplet puis un comptable de Mode. Elle n'est donc pas complètement abandonnée sentimentalement. La série ne joue d'ailleurs pas du tout sur cet aspect là. Betty semble bien dans sa vie sentimentale, elle n'a pas de problème de solitude. Par contre, les problèmes liés à son couple ainsi qu'à ses fantasmes interviennent.

Au final, Ugly Betty est une très bonne série qui met un peu de temps à se lancer mais qui, une fois lancée, se regarde avec beaucoup de plaisir. Les scénarios sont pleins de gentillesse et de bonne humeur. On sourit beaucoup, on rigole parfois, on s'émeut quelquefois. Les intrigues familiales et les secrets sont bien au rendez-vous, ils sont même assez nombreux pour créer de solides fils rouges entre les épisodes donnant ainsi une consistance à la série et évitant ainsi une succession de scenettes sur la vie de Betty.

Une très bonne surprise ! J'espère que la saison 2 est du même niveau !


1 commentaires:

Anonyme a dit…

hello, this my first post. dsfcsvcbyjyui
[url=http://google.com]cxzc[/url]
http://sdfsd.com

Article plus récent Article plus ancien Accueil